la valeur d une main : apprendre a selectionner ses mains

Vous avez un doute sur la façon dont vous avez joué une main ? C'est le forum pour en discuter...

Modérateurs : Forum Pokeralille, rocknr14, djobi_djoba, M.Rik, Membres du comité d'administration

Avatar de l’utilisateur
zelyh
Couleur
Couleur
Messages : 3794
Inscription : Dimanche 26 Août 2007 13:38
Pseudo Winamax : Zelyh

Messagepar zelyh » Lundi 05 Novembre 2007 22:01

Je profite de ce post pour poser une question par rapport au fait de limper. En effet, je joue (trop) serré et de ce fait j'ai tendance à relancer de pas mal et systématiquement lorsque je joue.
Quel genre de main faut-il limper et surtout dans quelle position ?
Autre question, tous les joueurs callent, j'ai une paire du genre 77 ou 88, je suis en fin de position, est-ce que je relance, au risque d'être payé par beaucoup ou est-ce que je call en espèrant toucher mon brelan mais en me retrouvant mal à l'aise face à un flop type J-K-9 ? Vaut-il mieux encore que je folde ?
Avatar de l’utilisateur
nodread
Full
Full
Messages : 5404
Inscription : Mercredi 20 Avril 2005 17:56

Messagepar nodread » Mardi 06 Novembre 2007 03:36

zelyh a écrit :Autre question, tous les joueurs callent, j'ai une paire du genre 77 ou 88, je suis en fin de position, est-ce que je relance, au risque d'être payé par beaucoup ou est-ce que je call en espèrant toucher mon brelan mais en me retrouvant mal à l'aise face à un flop type J-K-9 ? Vaut-il mieux encore que je folde ?


pour la premiere partie de ta question ai completé le post initial

pour la 2eme partie :

il faut etre capable de varier son jeu, donc ses bet... dans ton exemple tout depend de la table, plusieurs situation possible

1/ la table est loose, si tu relance peu tu sera suivi par pleins de joueurs, d autant plus que si 1 paye les autres ont de plus en plus de bonne cotes pour rentrer dans le coup. c est souvent le cas quand les blinds sont petites, plus les blinds augmentent moins il y a de limpers en general. donc en fait peu d interet a relancer faible

2/ la table est plus serré, si tu relance de maniere consequente tu ne sera soit pas suivi, soit suivi par 1 voir 2 joueurs maximum, on peut considerer ca comme un squeeze play (on en reparlera plus tard de ce terme). apres il faut etre capable de jouer le flop et ne pas avoir peur d agresser sur celui ci meme sans avoir touché ton set. l ideal pour ce genre de move est d etre au bouton ou au bouton -1, dans les blinds tu sera souvent 1ere a parler ensuite

3/ tu limp ta paire et espere trouver ton set, si tu touche tant mieux, il y a des chances de faire un gros pot (la aussi il faut ensuite savoir doser son bet au flop). si tu ne touche pas alors ca devient un easy fold, d autant plus si il y a beaucoup de joueurs et si le flop et superieur a tes cartes.
mais : si c est un coup par exemple a 3 joueurs et qu il n y a qu une overcards par rapport a ta paire alors il se peut aussi que tu soit toujours la main gagnante, donc la aussi il ya une possibilite de remporter le pot avec un bet sur le flop

en fait il y a enormement de possibilite suite a ce que tu decide preflop
Rufflion Sound - Reggae addict

“whenever I start feeling sad cuz I miss you I remind myself how lucky I am to have someone so special to miss.”
Avatar de l’utilisateur
trelawney
Brelan
Brelan
Messages : 1417
Inscription : Mercredi 19 Octobre 2005 12:54

Messagepar trelawney » Mardi 06 Novembre 2007 09:06

Donc je note en tout cas que malgré ton aversion bien légitime et bien expliquée pour le move avec Ax, tu préfères quand même tenter le coup avec ça UTG plutôt que d'être quasi-commited au BB avec n'importe quelles cartes le coup d'après. J'en venais sérieusement à en douter, il est tellement fréquent d'être payé par un As gros...


Tu es short stack et UTG tu relance fort (des fois jusqu'à te commiter) avec un As petit quelque chose.
C'est une erreur que j'ai fait que je fait et que je ferrai encore. Mais ca reste une erreur.
Après tout on peut remporter le coup avec un As haut. Je peut te dire qu'à chaque fois que quelqu'un a payer ma relance ca a couté mon élimination du tournoi
Je pense que ce qui ne va pas dans ce move ce n'est pas tellement la main mais c'est la position additionné àla hauteur de ton tapis. tu devient extrémement lisible. Tu peux etre et tu seras souvant payé par un AS qui a su te lire et alors il ne te reste plus qu'une carte vivante.
"calme dans la victoire et gracieux dans la défaite" Benjo
Membre du CAVE
Avatar de l’utilisateur
epsimax
Quinte
Quinte
Messages : 2912
Inscription : Mercredi 27 Décembre 2006 15:55
Pseudo Winamax : epsimax

Messagepar epsimax » Mardi 06 Novembre 2007 10:03

nodread a écrit :pour epsimax : quand on veut jouer de son image de serrure le but est de ne pas avoir l as


Testé et approuvé hier en faisant fold JJ au flop avec 45s sur un flop 5JA après relance 2.5bb UTG+1.
Avatar de l’utilisateur
djmaxb
Deux paires
Deux paires
Messages : 314
Inscription : Mardi 10 Avril 2007 17:58

Messagepar djmaxb » Mardi 06 Novembre 2007 10:51

Merci pour ce post c t tres interessant !!
Si la vierge etait vraiment vierge alors sa veut dire que Jesus a etait adopté !!! ( Didier Super )

Mieux vaut en rire que de s'en foutre!!
Avatar de l’utilisateur
zelyh
Couleur
Couleur
Messages : 3794
Inscription : Dimanche 26 Août 2007 13:38
Pseudo Winamax : Zelyh

Messagepar zelyh » Mardi 06 Novembre 2007 12:25

Merci :wink:
Avatar de l’utilisateur
ManuD
Quinte
Quinte
Messages : 1805
Inscription : Mercredi 16 Août 2006 17:19

Messagepar ManuD » Mardi 06 Novembre 2007 20:55

epsimax a écrit :
nodread a écrit :pour epsimax : quand on veut jouer de son image de serrure le but est de ne pas avoir l as


Testé et approuvé hier en faisant fold JJ au flop avec 45s sur un flop 5JA après relance 2.5bb UTG+1.


:shock: :shock:

Des noms, des noms :!: :!:

(non, c'était pas moi :twisted: )
Avatar de l’utilisateur
nodread
Full
Full
Messages : 5404
Inscription : Mercredi 20 Avril 2005 17:56

Messagepar nodread » Mercredi 05 Décembre 2007 02:06

voici un artcile issu de LIVE POKER qui permettra de completer ce sujet

il s agit ici de repertorier les mains par rapport a leur valeur

bonne lecture

le lien : http://www.livepoker-mag.com/art.1.html

Image

Par Raquel Azran

Vous avez intégré les règles du Texas Hold’em, parfait. Passons maintenant à l’étape suivante : le choix des mains. voici un « top 50 » des meilleures mains de départ, avec mode d’emploi intégré. Un classement qui vous réservera sans doute quelques surprises… A connaître absolument.

Une table truffée d’inconnus, certains agressifs, d’autres carrément passifs ; d’autres encore qui vous sont totalement opaques. Et vous, qui écopez « under the gun » d’une petite paire de Huit. Que faire ? Se contenter de suivre et voir ce qui se passe ? Ecarter les mains intermédiaires, voire marginales en relançant très fort d’emblée ? Gros dilemme. Enorme casse-tête.

Voilà en effet le genre de situations classiques et très inconfortables dans lequel le joueur de poker se retrouve bien souvent.

S’il n’y a (heureusement !) pas de plan de jeu « tout fait » ou de formule gagnante au poker, il y a tout de même quelques fondamentaux. Et savoir évaluer la force de sa main preflop en fait partie. Pour optimiser ses chances de gain et minimiser celles de vos adversaires, il faut déjà sélectionner avec soin ses main de départ. Sur les 1326 mains possibles dont vous pouvez écoper, seule une petite cinquantaine valent la peine de se mouiller.

Voici donc le palmarès de ces 50 meilleures mains de départ.
NB : ce palmarès ne tient pas seulement compte de la confrontation de deux mains entre elles, mais prend en considération différents paramètres d’une table pleine de 8 à 10 joueurs. Par exemple, et c’est l’une des surprises de ce classement, RD assortis est une main mieux classée que A, 10 assortis, alors que dans une confrontation directe, c’est cette deuxième qui est nettement favorite.

Le top du top

AA
La paire d’As est incontestablement la main de départ la plus forte du Texas Hold’em. « Pocket rockets », « American Airlines (AA) »… quel que soit le surnom qu’on lui donne, c’est la main que l’on rêve tous de découvrir, notamment dans les fins de tournoi difficiles !

RR
Juste derrière la paire d’As, la paire de Rois est elle aussi une main significativement plus forte que toutes les autres.
Les Anglo-Saxons, qui appellent cette main KK, l’ont ainsi baptisée « King Kong » ! Un petit nom qui en dit long…

DD
Ces Dames n’ont pas la quasi toute-puissance de leurs supérieurs masculins les As et les Rois. Néanmoins, la paire de Dames reste une main de très forte qui fait partie du trio de tête.
Quelle que soit votre position à la table, si vous avez en main l’une de ces trois paires, vous devez relancer et même sur-relancer si quelqu’un l’a fait avant vous.
Le gain n’est évidemment pas garanti, mais au moins les probabilités sont en votre faveur. Si par hasard, votre paire de Dames ou de Rois se heurte à AA, vous vous consolerez – car alors vous avez 8 chances sur 10 de perdre – en sachant que même les champions ne savent pas éviter ce genre de mauvaises rencontres !

Les dauphins

VV
La paire de Valets vient clore le petit groupe des grosses paires qui tiennent le haut du pavé. Elle est « jouable » dans à peu près n’importe quelle position, mais pas forcément au prix de n’importe quelle relance. Si un joueur ou plus ont déjà relancé ou sur-relancé dans une position exposée (loin du bouton), alors attention, très grosse paire à l’horizon.

AR assortis
Deux cartes assorties (de la même couleur) ont toujours plus de valeur que les deux mêmes cartes déparaillées (de couleur différente).

AR assortis constitue la meilleure main possible sans paire. Elle offre un large éventail de possibilités et de tirages : la paire maximale peut s’appuyer sur le meilleur kicker ; un flop avec un As et un Roi garantit les deux paires les plus fortes ; on peut envisager une suite à l’As ou rêver d’une couleur elle aussi « max » ; et si par bonheur les deux sont au rendez-vous, la quinte flush royale n’est plus très loin ! Du très beau jeu en perspective…

AD assortis
Moins forte qu’AR assortie en termes de hauteur, cette main reste néanmoins puissante, procurant elle aussi de bonnes possibilités de couleur et de suite. Une belle main de relance quand la position y est favorable.

Si ces trois mains sont elles aussi des mains de relance et quelquefois même de sur-relance, il convient toutefois d’être plus attentif à la position et aux surenchères éventuelles effectuées avant votre tour de parole, qu’avec AA, RR ou DD.

10-10
Cinquième du classement, la paire de 10 est une main relativement forte, qu’il convient de relancer si personne ne l’a fait avant vous. S’il y a déjà eu une surenchère, entrez quand même dans le coup pour voir le flop. S’il y a déjà eu une relance mais que vous êtes dernier de parole, on recommande généralement de sur-relancer.

AR dépareillés
Encore une main de premier choix, même si elle n’est constituée ni d’une grosse paire ni de deux grosses cartes assorties.

AV assortis
Après AR et AD de la même couleur, la suite logique des (très) fortes mains assorties : AV.

Encore des mains de relance, mais à doser avec circonspection.

Les accessits

RD assortis
Première main de notre palmarès à ne pas contenir un As, elle se place notamment devant A-10 assortis car elle présente davantage de possibilités de suite que cette dernière.

9-9
Cette paire moyenne a encore de bonnes chances en tête à tête, face à une main du type AR, AD ou AV. Mais face à plusieurs adversaires, la force de cette main se révèle assez limitée.

A-10 assortis
Légèrement inférieure à RD de la même couleur (voir plus haut), elle fait cependant partie des fortes mains assorties.

AD dépareillés
Belle hauteur, mais possibilités de couleur très faibles, et les éventuelles suites ne sont qu’occasionnelles.

RV assortis
Cette main offre légèrement plus de possibilités de suite que la précédente, et cependant elle arrive derrière A-10. L’explication : le Roi n’est tout simplement pas aussi puissant que l’As.

8-8
Une paire moyenne, qu’il faut bien entendu jouer, mais prudence si vous êtes parmi les premiers de parole, donc dans une position exposée à tous types de relance.

DV assortis
Une main qui offre des potentialités de suite et de couleur appréciables, mais susceptible de se « faire prendre » à la hauteur par un As ou même un Roi.

R10 assortis
Comme pour la main précédente, une belle main de tirage, mais qui ne fait pas le poids en termes de hauteur face à un As.

Ces six mains sont jouables depuis n’importe quelle position et méritent que l’on suive pour voir le flop, en particulier si les enchères n’ont pas été trop élevées. Mais il ne faudra pas hésiter trop longtemps à jeter vos cartes si le flop vous a été défavorable.

Les mains moyennes

A, 9 assortis
Si l’on excepte les paires, il s’agit là de la première main de notre classement à ne pas offrir de possibilités de suite. Cette main reste relativement forte grâce à l’As et au fait que les deux cartes soient de la même couleur.

AV dépareillés
Cette main tire sa force de l’As, qui peut s’appuyer sur un kicker très honnête. Pas de possibilités de couleur (du moins à deux cartes), mais AV offre néanmoins un tirage à la suite si le flop est très favorable.

D, 10 assortis
Une jolie main de tirage, qui tire sa seule force du fait que les deux cartes soient assorties.

RD dépareillés
Constituée de deux fortes figures, qui plus est connectées, cette main paraît plus forte qu’elle ne l’est en réalité. Même s’il s’agit d’une main parfaitement jouable, il convient de rester prudent, attentif aux positions et bien sûr au flop.

7-7
Cette paire très moyenne, qui peut parfaitement se défendre lors d’un duel, a en revanche bien du mal face à plusieurs joueurs. De plus, une relance venant d’un adversaire placé avant vous peut éventuellement traduire une paire supérieure.

V, 10 assortis
Même si elle n’est classée que 21ème, cette main est statistiquement la meilleure main de tirage : de très nombreuses possibilités de suite (7,8,9,10,V ; 8,9,10,V,D ; 9,10,V,D,R et enfin la grande suite 10,V,D,R,A), auxquelles s’ajoute une possibilité de tirage à la couleur. Et même de Royal Flush ! Seule la taille moyenne de cette main explique son classement.

A, 8 assortis
Comme A,9 : l’As et la possibilité de couleur donnent toute sa force à cette main ; une force qu’il faut relativiser en raison d’un kicker très moyen.

K, 9 assortis
Une belle main de tirage, suite comme couleur. Une belle hauteur, insuffisante toutefois face à un As, mais un kicker assez juste.

A, 10 dépareillés
La dernière main de la première moitié de ce classement. Une seule possibilité de suite, mais la plus haute, et un As supporté par un kicker tout juste honnête.

Ces mains valent évidemment « le coup » que l’on suive pour voir le flop, mais gare aux grosses relances. Ici, votre position sera déterminante : en début ou en milieu de parole, il sera plus avisé de suivre ; en fin de parole, il est possible de relancer si personne ne l’a fait. Attention toutefois aux petits malins qui n’attendaient que cela pour vous sortir un petit check-raise qui rendrait votre jeu difficile à négocier !

A consommer avec modération

Nous attaquons à présent le deuxième grand groupe des 50 meilleures mains. Si vous êtes à une table qui se révèle être très tight, il sera alors sans doute plus avisé de ne pas jouer ces mains, ou alors uniquement si vous êtes dernier de parole. Mais avez-vous vraiment envie de jouer à une table aussi serrée, et surtout, en avez-vous le niveau ?

27ème- 32ème

A, 5 assortis
A, 7 assortis
RV dépareillés
6-6
10, 9 assortis
A, 4 assortis

Si l’on peut tout de même « caller » avec ces mains même dans des positions exposées (en particulier si le jeu pratiqué à votre table n’est pas trop « serré »), néanmoins, il est plus sage de se contenter de ne les jouer que dans des positions intermédiaires ou tardives.

33ème - 40ème

D, 9 assortis
V, 9 assortis
DV dépareillés
A, 6 assortis
5-5
A, 3 assortis
R, 8 assortis
R, 10 dépareillés

Des mains qu’il est souvent plus sage de jeter si vous êtes dans les premiers à parler ( à l’exception de la paire de 5). Il sera en effet plus avisé de jouer l’une de ces mains en position intermédiaire ou tardive, quand il n’y a pas eu de surenchère précédant votre tour de parole.

41ème – 50ème

9, 8 assortis
10, 8 assortis
R, 7 assortis
A, 2 assortis
8, 7 assortis
D, 10 dépareillés
D, 8 assortis
4-4
A, 9 dépareillés
V, 8 assortis

N’engagez vos jetons avec ces mains que dans des circonstances bien précises : une position très peu exposée, pas de relance… Par exemple, si vous êtes de petite blind et qu’il ne vous reste qu’à « caller » à hauteur de la Big Blind.

Vous savez à présent quelles mains sont plus ou moins jouables ; mais surtout, vous avez la notion que TOUTES les autres sont bonnes à jeter, sauf exception… ou fantaisie de votre part ! C’est déjà partir avec un net avantage sur les éternels débutants que vous ne manquerez de croiser aux tables où vous jouerez. Et si vous perdez néanmoins quelques coups sur des bad beat honteux, dites-vous bien que le poker est un jeu qui s’inscrit sur la durée : sur le long terme, le choix judicieux de vos mains et la technique viennent toujours à bout de quelques éclats de chance ou de malchance qui, par définition, ne sont qu’épisodiques.
Rufflion Sound - Reggae addict



“whenever I start feeling sad cuz I miss you I remind myself how lucky I am to have someone so special to miss.”
Avatar de l’utilisateur
nodread
Full
Full
Messages : 5404
Inscription : Mercredi 20 Avril 2005 17:56

Messagepar nodread » Mercredi 05 Décembre 2007 02:08

perso je ne suis pas forcement d accord avec tous ces choix mais dans l ensemble ca me semble plutot juste :D
Rufflion Sound - Reggae addict



“whenever I start feeling sad cuz I miss you I remind myself how lucky I am to have someone so special to miss.”
Avatar de l’utilisateur
nodread
Full
Full
Messages : 5404
Inscription : Mercredi 20 Avril 2005 17:56

Messagepar nodread » Dimanche 16 Décembre 2007 23:55

on va rajouter ici un article issu de POKERNEWS sur les bonnes mains de depart

Image

le lien : http://fr.pokernews.com/strategie/les-m ... depart.htm

article de Stuart Rutter

Analysons deux situations. Dans la première hypothèse, vous avez A-Q. Dans la seconde, vous avez Q-10. Une seule doit être choisie par vos soins. Laquelle d'entre elles selon vous?

- Vous avez AQ et êtes alors le deuxième à parler. Le premier joueur à parler, relance quant à lui de trois fois la grosse blind.

- Vous avez Q-10 au bouton et tout le monde passe avant vous.

Lisez ce qui suit, nous vous dévoilons la réponse.

Avant de s'intéresser à toutes les techniques et autres astuces permettant de devenir un bon joueur de poker après le flop, la chose la plus importante est en réalité celle de parvenir à déceler quelle main jouer, et à quel moment, ou plutôt à quelle position.

Lors de l'un de nos précédents articles (voir le post sur : L'importance de la position à la table
... le lien : http://www.pokeralille.com/phpBB2/viewtopic.php?t=8220 ), nous avons pu analyser une table illustrant à quel point une main de départ, toute mauvaise fusse-t-elle, pouvait évoluer selon la position du joueur à la table. Cet aspect implique en réalité la connaissance d'un autre principe fondamental du poker : vous avez bien plus besoin d'une meilleure main pour suivre une relance que pour ouvrir le pot avec une relance.

Ces connaissances font partie intégrante de celles dont vous ne pouvez vous passer et que tout joueur de poker bien avisé garde à l'esprit. il s'agit de ce que l'on nomme : le « gap concept ».

Ce concept signifie qu'il faut une main plus forte pour suivre une relance que pour soi même relancer. Selon les puristes, vous devriez diviser par deux le nombre de mains que vous vous apprêtez à jouer après avoir été relancé.

Dès lors, se pose la question de savoir quelle est la raison de l'existence de ce fossé, mais encore celle de savoir pourquoi soutient-on qu'il convient de faire appel à une division par moitié?

Si aucune relance n'est intervenue, il existe toujours une possibilité que le reste de la table passe après votre première relance et que vous preniez alors les blinds et les antes. Si en revanche, vous suivez une relance, ce résultat n'est plus possible et vous pouvez alors vous heurter à une main assez forte.

Imaginons que vous jouez contre un joueur ayant relancé vraisemblablement avec le même genre de mains que celles dont vous disposez. Suivre uniquement avec des mains supérieures vous donnera alors plus de chance de jouer avec la meilleure main.

Revenons donc à la question motivant notre propos : quelle est donc la main sur laquelle votre choix doit se porter ?

La réponse résulte d'un mélange de règles applicables à la position du joueur à la table avec celles émanant du « gap concept » . En suivant cette procédure hybride, vous ne disposerez d'autre choix que de jouer avec Q-10 plutôt qu'avec A-Q. Se trouver au bouton dans un pot non relancé habille de bien plus de chance votre main que le fait de se trouver face à une relance Under The Gun dès lors que vous êtes le deuxième à parler. Cet aspect change de façon drastique les mains de départ dont vous devez privilégier le jeu.

Le test A-Q

Ce test provient du poker en version limit, mais il s'applique parfaitement dans le cas d'une position précoce au jeu en version no limit. Ceci signifie que vous pouvez déceler si un joueur est un bon joueur, en étant particulièrement attentif sur son choix quant à passer ou non avec A-Q alors qu'un autre joueur a ouvert le pot pour une relance. La première hypothèse sus-cité fera de lui un joueur à redouter.

Limper dans le pot

L'éventail des options de relance ou du call d'une relance ne peut être ici envisagé. Certaines mains invitent d'elles-mêmes à « limper » dans le pot pour pas cher afin d'essayer d'obtenir une main très forte. Des mains comme des petites paires (2-2 jusqu'à 6-6 ou 7-7) et des cartes assorties qui se suivent ( :Js :Ts , :6h :5h , etc) peuvent en effet rapporter beaucoup avec un bon flop si elles donnent un brelan, une suite ou une couleur.

Ces mains doivent être jouées à la condition d'investir une quantité minime de votre tapis ( environ 5% semble convenir) ; la plupart du temps, elles ne touchent pas du tout le bon flop. Force est ici de constater que pour jouer ces mains, si vous ne touchez le flop que partiellement, vous ne devez pas vous attacher à votre main par la suite.

Une erreur récurrente survient lorsque, par exemple, vous avez 3-3 avec un flop J-10-2, ou 6-5 avec un flop A-J-5. La majorité des joueurs assimile l'application de ladite règle à un signe de faiblesse et refusent alors de jeter leur main. La situation est critique et peut ressembler à cela :

- Vous êtes probablement bien derrière à ce moment et avec très peu d'outs ; tout au plus 5 outs avec la main 6-5, et seulement 2 avec 3-3.

- Si vous êtes devant avec ces petites cartes, l'autre joueur tirera des cartes très vivantes. Sur le flop AJ5, si votre adversaire a K-Q, il a besoin d'un Roi, une Dame ou un 10 (ou bien un As et un Valet). Cela ne vous donne pas plus de 60% de chance de remporter le pot bien que vous soyez placé devant.

Les mains pièges

Ce qui fait la noblesse de certaines mains pour « limper », (comme 9-8 assortis ou une petite paire), est qu'elles ne toucheront rien au flop la plupart du temps, mais que lorsqu'elles le feront, il s'agira d'une main énorme.

En revanche, un groupe de mains ont une nature provoquant l'inverse, ce sont les mains pièges. Bien qu'elles possèdent toutes les caractéristiques des mains fortes en apparence, celles-ci touchent très rarement un flop alors que votre position, vous rend confiant. En effet, elles ne se connectent que partiellement avec le flop et sont pour le moins difficiles à jeter.

Quelles sont ces mains pièges?

La main la plus typique est l'As "poubelle. Un As "poubelle" se réfère à toute main avec un As comme A-9 en position précoce. A-10 et A-J sont également constitutives de mains à problème.

Le moyen le plus simple d'améliorer votre jeu très rapidement est de cesser de jouer tous les As poubelles. Si vous avez A-7 et que le flop affiche A-62, vous vous trouverez en face des situations suivantes :

- Vous êtes devant mais vous disposez cependant d'une marge d'action envisageable sur la main très mince. Un nombre restreint de mains que vous battez vous rapporteront seulement.

- Votre adversaire a un As avec un gros kicker, ou même un brelan, il sera alors très difficile de vous sortir de ce schéma sans perte non négligeable.

L'autre main piège typique est K-J, K-Q en position précoce ainsi que des mains telle Q-J et J-10 non-assorties. Si K-J touche un Roi ou un Valet au flop, cela peut conduire au désastre face à des mains qui ont un meilleur kicker.

Les mains cachées

Une partie du problème avec ces mains pièges réside dans le fait qu'elles ne sont pas du tout masquées. Débarrassez-vous de ces As poubelles, et jouez plutôt une main aussi faible que 9-6 de cœur, même 10-9 dépareillés. Si vous touchez un flop, votre main sera au moins masquée et vous pourrez escompter être payés. Si vous relancez avec ces mains et que le flop apporte un As, il ne s'agit pas inéluctablement d'une mauvaise nouvelle. Utilisez en ce sens le flop pour faire croire que vous jouez une main poubelle et votre adversaire pourrait bien abandonner le coup, lui-même avec un As !

Les véritables poubelles

Les vraies mains poubelles sont évidentes en Hold'em ; les personnes parlent en plaisantant des mains comme 7-2 et 6-3 dépareillées.

Vous êtes désormais avisés que toute main poubelle avec une figure (K-2, Q-4 ou J-5 dépareillés) est tout aussi inutile et ne peut être considérée comme autre chose qu'une véritable poubelle !
Rufflion Sound - Reggae addict



“whenever I start feeling sad cuz I miss you I remind myself how lucky I am to have someone so special to miss.”

Revenir vers « Hand discussion »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités