les grosses paires : comment les jouer

Vous avez un doute sur la façon dont vous avez joué une main ? C'est le forum pour en discuter...

Modérateurs : Forum Pokeralille, rocknr14, djobi_djoba, M.Rik, Membres du comité d'administration

Avatar de l’utilisateur
nodread
Full
Full
Messages : 5404
Inscription : Mercredi 20 Avril 2005 17:56

les grosses paires : comment les jouer

Messagepar nodread » Jeudi 22 Novembre 2007 20:14

en plus des differentes hand discussion que vous pouvez trouver ici sur la maniere de jouer les gross pockets, voici un article ici de live poker parlant des grosses paires

le lien : http://www.livepoker-mag.com/art.15.html

Image

Les grosses Paires


Par Alban ROCHER

Les Paires d’As, de Rois, de Dames sont des mains très fortes avec lesquelles il faut savoir doser ses relances pour minimiser les risques d’être battu par des mains inférieures tout en tâchant d’extraire le maximum des bons jeux susceptibles de payer. Mais quid des Valets ?

On joue quelquefois des heures entières juste pour l’émerveillement de découvrir l’une de ces mains exceptionnelles que sont les paires d’As, de Rois, de Dames et, dans une moindre mesure, la paire de Valets. Statistiquement, vous avez 0,45% de chances d’ouvrir une paire spécifique, en l’occurrence ici une de ces paires, soit une fois toutes les 221 mains (voir page Statistiques). Donc, en théorie, vous recevrez l’une de ces 4 paires spécifiques environ une fois toutes les 55 mains (221/4 = 55,25). Soit à peine 6 tours d’une table pleine de 9 joueurs ! On ne jurerait pas, et pourtant…

Mais quand ces paires pointent le bout de leur nez, surtout pas d’emballement et pas de précipitation. Car ces oiseaux rares sont souvent l’occasion de réaliser un profit substantiel, pour peu que l’on prenne le temps de réfléchir à la meilleure façon de les jouer en fonction de sa position, de son tapis et de la table. Or, les débutants (et quelques autres) sont si souvent terrorisés à l’idée de voir leurs As et autres grosses paires « brisés » par des mains de départ très nettement inférieures qu’ils font des relances démesurées (le fameux overbet), si bien qu’ils ne récoltent plus que les blindes. Dommage, non ? Le pendant inverse n’est d’ailleurs pas moins fréquent : par peur de n’être pas suivi, certains ne relancent pas pré-flop, ou alors font des relances si timides qu’elles sonnent comme une invitation ! Loin de toute stratégie, ces deux types de comportement relèvent de l’émotion pure : les très grosses paires sont une telle rareté qu’on ne veut pas les « gaspiller ».

Il existe bien entendu un juste milieu entre ces deux approches extrêmes et aussi maladroites l’une que l’autre. Voyons donc comment jouer ces paires de la façon la plus profitable possible, et dans quelle mesure il est judicieux ou pas de faire un slowplay avec ces mains de tout premier choix. Nous tenterons également de savoir s’il faut considérer la paire de Valets comme une grosse paire ou plutôt comme une paire intermédiaire.

AA, American Airlines

LA meilleure main de départ possible au Hold’em. 94,1% de chances de l’emporter face à AR, 89% face à deux cartes inférieures, 82% face à une autre paire et enfin 77% de chances de gain face à deux petits suited connectors ! Les chiffres sont éloquents, la paire d’As est l’écrasante favorite de n’importe quelle confrontation. Et si elle peut supporter un rival supplémentaire, les choses se compliquent sérieusement dans un match à quatre joueurs, et les chances de la paire d’As chutent de façon notable. C’est pourquoi, si grande soit la tentation d’attirer le maximum de clients dans le coup et de faire un slowplay avec votre paire d’As, n’y succombez pas : relancez avant le flop. Car un accident est vite arrivé… Par exemple, en ne mettant pas hors course la grosse blinde qui, avec 6-7 dépareillés et un flop 4,5,8 sans tirage couleur, vous vous exposez à laisser filer tout votre tapis (presque) sans vous méfier. Donc, la relance pré-flop vous permet de chasser les mains moyennes et de tirage, qui peuvent vous faire très mal quand elles touchent, tout en vous assurant de conserver l’avantage originel de vos As.

Outre ces aspects « préventifs », une relance pré-flop digne de ce nom (3 à 4 fois la surblinde) a aussi pour objectif de grossir le pot que vous vous apprêtez à remporter. Car en toute logique, si votre relance est substantielle, vous ne devriez être payés que par des mains solides par une belle paire (Dix et au-delà), ou par de gros suited connectors du type RD assortis. Dans la majorité des cas, vous affronterez donc un à deux adversaires, rarement plus ; contre lesquels vous êtes favori avec le type de mains évoquées, et qui risquent fort de payer toutes vos mises si le board est inoffensif pour le détenteur de la paire, ou si les gros connectors ont trouvé leur top pair.

Et si personne ne suit votre relance pré-flop, cela ne peut vouloir dire que deux choses. La première, la plus triviale, est tout simplement que personne n’avait un jeu qui méritait que l’on vous suive ; et, aussi frustrant que ce puisse être de ne ramasser que les blindes ou les mises de quelques limpers, dites-vous bien que vous sentiriez autrement plus lésé si votre paire d’As perdait contre une main du type 7-8 ou 9-10 dépareillés ! La seconde, que vous relancez trop rarement pour ne pas être « grillé » quand vous le faites. En d’autres termes, cela signifie que vous êtes frileux et prévisible. Ce qui n’est jamais bon au poker !

KK, King Kong

Tout comme la paire d’As, la paire de Rois ne supporte pas trop de compagnie. Il vous faut donc restreindre le champ d’action en relançant avant le flop (toujours au minimum 3 fois la surblinde), et ce depuis n’importe quelle position. Si vous avez plusieurs limpers avant vous, votre relance doit être plus importante encore car une cote intéressante pourrait finir par allécher beaucoup trop de monde à votre goût. Si vous êtes dans les premiers de parole et que vous subissez une sur-relance, ripostez en sur-relançant à votre tour ; de même, si un joueur parmi les premiers de parole relance, n’hésitez pas à le sur-relancer. Car il est à peu près sûr qu’à ce stade, vous avez la meilleure main de départ (bien sûr, les rencontres-catastrophe AA vs RR existent, mais elles sont somme toute assez rares).

Et tout comme la paire d’As, la paire de Rois est une main idéale pour « attraper » les jeux du type top pair/top kicker. Ainsi, si vous êtes callé par une un joueur ayant AV assortis et que le flop est V-x-x, votre adversaire aura le sentiment d’avoir le meilleur jeu. C’est ici que le slowplay prend tout son sens. Car il vous suffit de laisser votre adversaire mener la danse, de lui donner l’illusion qu’il a le meilleur jeu pour finalement le cueillir en lui tombant dessus au turn ou même à la river.

Passé l’effet de surprise, il pensera à un bluff de nécessité ou se dira qu’après tout ce qu’il a investi dans le coup, il ne peut décidément pas se coucher avec ce qui est, somme toute, un bon jeu. Dans un cas vous lui prenez tout, dans l’autre vous le forcez à réaliser un fold difficile et pénible.

Mais le problème avec la paire de Rois, c’est qu’elle s’effondre face à un As.
Or, typiquement, votre relance sera suivie par les joueurs ayant une paire, mais aussi par des mains du type AR, AD, voire AV. Et même si vous êtes largement favori face à ces mains (70/30), si un As venait à tomber au flop, vous êtes battu. Mais attention ! Cela ne signifie pas qu’à chaque fois qu’il y a un As au flop votre paire de Rois ne vaut plus rien. D’abord parce que vous pouvez toujours toucher un Roi (si, si, ça arrive). Ensuite et surtout parce que rien ne dit que votre adversaire a un As en main ! Il peut avoir suivi avec une paire inférieure, une main de tirage du type 10V assortis… Si vous lui faites sentir que l’As vous effraie, alors il lui suffira de vous bluffer. Mais si vous « sentez » qu’il a un As, alors laissez tomber et jetez votre paire de Rois sans remords et surtout sans un centime de plus. La meilleure façon de savoir si votre adversaire a un As ? La mise au flop. Si vous êtes premier de parole, misez par exemple la moitié du pot. S’il suit (voire relance), méfiez-vous, il a de bonnes chances d’avoir touché son As ou tout autre gros jeu.

Et si vous êtes second à parler, testez-le : misez s’il checke, et relancez-le s’il mise. Vous serez ainsi assez vite fixé… Au poker, il ne faut jamais oublier que les mises ne sont ni plus ni moins que des questions que l’on pose à ses adversaires : assumeras-tu mon enchère ? as-tu le meilleur jeu ? Et ils nous répondent exactement de la même manière…

Ces Dames sont dangereuses

La paire de Dames, en tant que main très forte, mérite elle aussi une solide relance pré-flop. Toujours pour se protéger des mains moyennes et marginales, pour limiter le coup à deux ou trois joueurs au maximum et pour grossir le pot. Mais ici, vous espérez aussi avoir écarté les mains du type RV ou A5, car les Dames, elles craignent à la fois les As et les Rois au flop.

Si un joueur se contente de suivre, et que le flop ne comporte ni As ni Roi (ce qui sera le cas les deux tiers du temps), alors jouez vos Dames comme les As ou les Rois : en misant. Vous gagnerez le pot arrêté si votre (ou vos) adversaire(s) n’a rien touché, piégerez celui qui aura top pair/ top kicker, et ferez commettre une faute à celui qui vous suivrait sur un hypothétique tirage.

Cependant, à la différence de la paire d’As ou de Rois, la paire de Dames, quand elle est sur-relancée, ne peut guère faire mieux que de se contenter de caller dans le meilleur des cas. Car contrairement aux As et aux Rois, elle ne peut guère être sûre d’être la meilleure à ce stade, en particulier si la sur-relance vient d’un joueur réputé plutôt tight. Elle peut se retrouver face à AA, RR et, plus souvent, face à AR. Battue à contre 1 par les paires supérieures, la paire de Dames a à peine plus d’une chance sur deux face à AR. Si vous pouvez vous permettre de risquer votre tapis sur un coin flip* en cash game, il vous faudra y réfléchir à deux fois en tournoi, en particulier si votre survie est menacée. Mais les pros vous l’expliqueront mieux (voir encadré).

Comme vous pouvez le constater, le niveau de complexité de vos décisions augmente à mesure que la hauteur de votre paire diminue… Descendons encore d’un cran pour nous pencher sur la paire Valets.

Les Valets, des subalternes ?

La paire de Valets est sans aucun doute [b]la plus difficile à jouer. [/b]En ce qui la concerne, la théorie se réduit à peu de choses près à un no man’s land. Normal, c’est une paire relativement « bâtarde » : ni tout à fait une grosse paire, ni tout à fait une moyenne. En effet, la moitié du temps, le board contiendra une carte supérieure au Valet, et l’autre moitié la paire de Valets sera une overpair.

Alors, comment aborder ces Valets un peu casse-pieds ? De trois façons principales, selon votre position et les éventuelles relances adverses.

La première : la relance pré-flop. Si elle vous garantit le gain du pot arrêté, tant mieux. La bataille, qui s’annonce généralement rude avec les Valets, n’aura pas lieu. Si vous êtes suivi, soyez prêts à miser même si le flop comporte une overcard, car sinon, pourquoi relancer ? En effet rien ne sert de relancer pour finalement afficher votre faiblesse en checkant sur un flop musclé ; autant avouer tout de suite à votre adversaire que vous avez une paire inférieure en main. S’il joue au Hold’em depuis un peu plus d’une semaine, il devrait normalement en profiter pour miser, et ce quelles que soient ses cartes ! Et là, il vous sera en toute logique assez difficile d’assumer son enchère…

La seconde : limper. Si le flop affiche des cartes du type 10-4-2 et qu’un adversaire a A10, le coup pourrait alors s’annoncer assez sanglant…pour lui ! Car il y a assez peu de chances pour qu’il vous mette sur une overpair de Valets cachée. De même si vous touchez votre brelan au flop et qu’un joueur, lui, trouve top pair/top kicker, vous pouvez faire un carnage si vous vous y prenez habilement.

La dernière : le fold. La paire de Valets n’étant tout de même pas une paire de Deux, ne passez que si deux autres joueurs entrent dans une compétition de surenchères qui n’augure rien de bon pour vous. En effet, si l’un d’eux a peut-être AR, l’autre a forcément une paire supérieure aux Valets.

* Coin flip : coup à pile ou face

Paroles d’Experts en Femmes
Cinq pros nous livrent leur façon d’appréhender et de jouer la paire de Dames, « une main de premier ordre qui peut causer des problèmes de premier ordre »*, selon la formule du champion Erik Seidel.

* It’s a premium hand that can cause premium trouble.

Men « the Master » Nguyen, 6 bracelets WSOP :
La stratégie est différente selon que vous êtes en début, en milieu ou en fin de tournoi. En début de tournoi, je conseillerais de miser all-in face à une relance, en espérant ne pas tomber sur la paire d’As ou de Rois. En milieu de tournoi, face à une relance, je déconseille le all-in, surtout si les profondeurs de tapis sont élevées. Mieux vaut tenter une sur-relance et attendre la réaction de votre adversaire, dont vous devriez, à ce moment-là, savoir s’il est un joueur serré ou très agressif et aviser en fonction de ces deux paramètres (sa réaction et son profil). En table finale, tout dépend de votre stack. Si vous êtes parmi les derniers en termes de jetons, le all-in s’impose. Sinon, contentez-vous de caller et de voir le flop. »

Antonio Esfandiari, 1 bracelet WSOP, 1 titre WPT :
« La paire de Dames est une main très forte, et le plus souvent, ce sera la meilleure main pré-flop. Mais si vous vous faites sur-relancer très fort avant même le flop, alors vous êtes peut-être battu. Jouez-la donc à la fois agressif et prudent ! »

Annie Duke, 1 bracelet WSOP :
« La façon de jouer une paire de Dames est indissociable de la situation. Mais, d’une façon générale, je ne m’emballe que rarement avec une paire de Dames. Au contraire, j’aurais même tendance à la sous-jouer pour créer la surprise et remporter un gros pot.

Avant que le poker ne soit si populaire, la paire de Dames n’était pas considérée comme une main extrêmement forte. Par exemple, c’est une main qui était régulièrement couchée face à un all-in. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas et je crois que c’est dû à la télévision, qui donne une vision un peu déformée du jeu car les retransmissions ne concernent que les tables finales et les formats short handed, où la valeur des mains de départ n’est plus du tout la même. »

Juha Helppi, 1 titre WPT :
« Même si j’aime jouer la paire de Dames de façon agressive, mais dans les tournois d’importance, il m’est arrivé assez souvent de jeter ma paire face à une grosse sur-relance. Car si l’on réfléchit bien, la plupart des relances et sur-relances viennent de la paire d’As, de Rois, de Dames, de Valets et AR. Les As et les Rois dominent ma main, les Dames, peu probable, car j’en ai déjà deux, et face à AR, c’est quasiment un coup de pile ou face. Il n’y a donc que contre la paire de Valets que je suis favori. Bien entendu, si le sur-relanceur est short stack, je suis, mais si les profondeurs de tapis sont grandes, je préfère encore me coucher. »

Paul Phillips, 1 titre WPT :
« Je fais comme si j’avais une paire d’As, mais je me laisse la possibilité de décider que mes Dames sont en fait des Deux si mon adversaire semble penser que ses cartes ressemblent davantage aux As que les miennes ». Bien dit !
Rufflion Sound - Reggae addict

“whenever I start feeling sad cuz I miss you I remind myself how lucky I am to have someone so special to miss.”
vincent descamps
Deux paires
Deux paires
Messages : 300
Inscription : Dimanche 29 Avril 2007 19:21

Messagepar vincent descamps » Mardi 04 Décembre 2007 12:39

hum intérréssant, à relire plusieurs fois et mettre en pratique pour s'en faire sa propre version.

Revenir vers « Hand discussion »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités