[MTT] Tirage et position

Vous avez un doute sur la façon dont vous avez joué une main ? C'est le forum pour en discuter...

Modérateurs : Forum Pokeralille, rocknr14, djobi_djoba, M.Rik, Membres du comité d'administration

Avatar de l’utilisateur
Narcisse
Brelan
Brelan
Messages : 837
Inscription : Vendredi 01 Février 2008 13:54
Pseudo Winamax : Le 49.3
Adhérent assocation

[MTT] Tirage et position

Messagepar Narcisse » Jeudi 04 Août 2011 18:07

Bonjour à tous,

Voilà le genre de coup qui me fait perdre de temps en temps dès que je suis gros stack.

On est en milieu de tournoi, je dois avoir une image très serrée puisque j'ai joué que deux mains.
Je triple mon stack avec 88 sur board 822Kx vs AK et KQ, donc on s'imagine que je ne fais pas n'importe quoi

Six mains plus tard

Siège 1 : mouki31 (2930 en jetons)
Siège 2 : bicou8369 (4915 en jetons)
Siège 3 : max4653 (2860 en jetons)
Siège 4 : philbond (2785 en jetons)
Siège 5 : roro244 (3650 en jetons)
Siège 6 : drongorage (3360 en jetons)
Siège 8 : MaxenceH (8205 en jetons)
Siège 9 : omalet777 (8905 en jetons)
mouki31 : met l'ante. 10
bicou8369 : met l'ante. 10
max4653 : met l'ante. 10
philbond : met l'ante. 10
roro244 : met l'ante. 10
drongorage : met l'ante. 10
MaxenceH : met l'ante. 10
omalet777 : met l'ante. 10
philbond : met la petite blind. 50
roro244 : met la grosse blind. 100
*** CARTES FERMÉES ***
Distribuées MaxenceH [:Jc :Ts]
drongorage : passe.
MaxenceH : suit. 100
omalet777 : passe.
mouki31 : passe.
bicou8369 : passe.
max4653 : passe.
ROBURRR est connecté
philbond : relance. 200 à 300
roro244 : passe.
MaxenceH : suit. 200

Je call pour la cote, la position et mon statut de chipleader. En face, peu d'infos sur mon adversaire, qui a jusqu'à présent très peu joué.
Vu sa relance, je l'imagine sur une belle main mais pas servi (AK/KQ/AQ)


*** FLOP *** [:8s :4s :6c]
philbond : mise. 300
MaxenceH : suit. 300

Pour moi c'est une Continuation Bet, avec deux overcard et un éventuel tirage, je call pour voir son move turn.

*** TOURNANT *** [:8s :4s :6c] [:9d]
philbond : mise. 300

Avec sa faible mise, et la probabilité de tirage, ca me confirme qu'il est sur une des mains de départs que j'identifie. Autrement dit, il n'as rien. D'où l'idée de relancer..
MaxenceH : relance. 700 à 1000

philbond : relance. 1175 à 2175 et est all-in.
MaxenceH : suit. 1175

Avec son tapis, mon tirage deux cotés et deux overcards, je suis un peu comited.. donc je call..


*** RIVIÈRE *** [:8s :4s :6c :9d] [:5s]
*** ABATTAGE ***
philbond : montre [:Ac :Kh] (Hauteur As)
MaxenceH : montre [:Jc :Ts] (Hauteur Valet)
philbond a remporté 5730 lors du pot .


Comment aurais-je du jouer ce coup ? Suivre sa mise turn ? Relancer plus fort ?
Avatar de l’utilisateur
rocknr14
Quinte
Quinte
Messages : 1766
Inscription : Jeudi 05 Juin 2008 01:00
Pseudo Winamax : rocknr17

Messagepar rocknr14 » Jeudi 04 Août 2011 18:55

perso sa me parait assez gamble tout ça. Limp/call JTo utg+1 sera rarement bien jouer imo, et réduire ton évaluation de sa range pf à 3 mains est purement spéculatif.
jeremdu
Deux paires
Deux paires
Messages : 634
Inscription : Samedi 24 Janvier 2009 16:15
Pseudo Winamax : jeremdu

Messagepar jeremdu » Jeudi 04 Août 2011 19:22

...
Dernière édition par jeremdu le Vendredi 05 Août 2011 08:25, édité 1 fois.
Baloulette
Une paire
Une paire
Messages : 151
Inscription : Lundi 11 Avril 2011 19:38

Messagepar Baloulette » Jeudi 04 Août 2011 19:36

TU CALL POUR VOIR LE FLOP POURQUOI PAS

APRES C COMME UN PETITE PAIRE
TU TOUCHE PAS ON TE RELANCE, TU COUCHE.
SUR CE FLOP TU N AS AUCUN TIRAGE MAIS JUSTE DES OVERCARD.
CRUELLEUX DIRAI C UN STUPIDCALL QUI TE FERA EN PERDRE PLUS ET IL AS RAISON.

JE TE RASSURE JE SUIS MOI MEME EN APPRENTISSAGE POUR LES TOURNOIS CAR JE JOUE QUE EN CASH GAME ET JE FAIT LA MEME QUE TOI ET FINI PAR ME DIRE
PUTAIN T AS JOUER COMME UN BLAIREAU.

EN TOUT CAS BONNE CONTINUATION ET A BIENTOT AUTOUR D UNE TABLE
Mike zango
Avatar de l’utilisateur
zedko
Quinte
Quinte
Messages : 2834
Inscription : Vendredi 28 Avril 2006 00:26

Messagepar zedko » Jeudi 04 Août 2011 19:55

lol énorme, Fake je suppose :wink:
Avatar de l’utilisateur
Zebulon
Quinte Flush Royale
Quinte Flush Royale
Messages : 18711
Inscription : Samedi 27 Novembre 2004 17:54
Pseudo Winamax : zeb599

Messagepar Zebulon » Jeudi 04 Août 2011 20:07

zedko a écrit :lol énorme, Fake je suppose :wink:


:wink:
Gripsous59
Hauteur As
Hauteur As
Messages : 18
Inscription : Samedi 23 Août 2008 20:48
Adhérent assocation

défendre son jeux jusqu'au bout

Messagepar Gripsous59 » Jeudi 04 Août 2011 20:16

Salut , moi c'est gripsous59, MaxenceH, j'ai vu ce qu'il t'étais arrivé, tu as V10 contre AS R , tu as collé les 300 de philbond , déja si tu as l'intention de gagner le coup, plusieurs coup s'oppose , 1er raison: tu peux avoir toucher un brelan au flop, tu peux avoir une quinte flopper avec 2 cartes de la meme couleur au depart et que tu colle les 200 jetons pour un tirage couleur,ou tu peux avoir 2 pics au board, ou 2 paires servies , ce flop il as tellement de tirage possibles que tu peux etre sur n'importe quoi.Autrement dit tu dois relancer 2 fois1/2 voir 3 fois la mise de départ, et si il te paye, tu le relance a tapis,tu as un gros stack, donc tu dois profiter de ton stack pour mettre la pression sur tes adversaires, croit moi si tu n'as pas peur de miser et de prendre des risques , tu gagneras! il faut avoir l'ascendant spycologique sur tes adversaires a la table pour etre respecter , il faut avoir du courage et de l'instinc, avoir une image de ton adversaire savoir comment il joue , et savoir si il est capable de payer un tapis et de risquer son tournois sur cette main.Crois moi ! moi quand j'ai une main et que je suis a tirage couleur ou tirage par les 2 bouts , je n'ai pas peur d'envoyer tapis , il faut savoir prendre des risques au poker, le risque 0 n'existe pas, défends toujours ta main jusqu'au bouts , si tu pense avoir la meilleure main , moi a la turn je ne lui aurais pas envoyer 700 ou 1000 , je lui aurais envoyer tapis direct , et crois moi comme il avais rien toucher , il ne t'aurais pas payer, mais moi déja avec ce flop 8 4 6 9 5 , moi comme je te l'ai dis ca serais surement arreter avant la 4em carte.Au poker pour gagner il faut etre imprévisible , savoir prendre des risques,aller a tirage , en tout cas moi c'est mon cas, et ne pas avoir peur de payer cher une carte , et moi tu peux me croire que si je suis a tirage par les 2 bouts , ou tirage couleur, tu peux m'envoyer tout ton tapis , je te payerais en 1/10 de seconde, moi j'aime pas qu'on me le fait a l'envers ,ou qu'on me vole une main, ou qu'on m'arrache un coup , t'ai le kiler a la table , alors profite de ton tapis pour mettre la pression sur les autres joueurs, aller a plus mon amis , et n'oublies pas une chose très importante au poker, ne pas faire de cadeaux , c'est la règle primordial pour gagner. gripsous59
Avatar de l’utilisateur
djobi_djoba
Quinte
Quinte
Messages : 1539
Inscription : Samedi 05 Janvier 2008 02:50
Pseudo Winamax : BornToSpew

Messagepar djobi_djoba » Jeudi 04 Août 2011 20:37

un cumul de trop de choses horribles sur ce post, même pas envie de répondre.... désolé
bats toi avec les meilleurs, meurt avec les autres


zelyh a écrit:
lafishettedu59@hotmail.fr
Si j'étais toi, j'éviterais de faire le mariole avec un pseudo comme le tien !

ph59150 a écrit :t'as vraiment un immense talent djobi djoba, respect
Avatar de l’utilisateur
Zebulon
Quinte Flush Royale
Quinte Flush Royale
Messages : 18711
Inscription : Samedi 27 Novembre 2004 17:54
Pseudo Winamax : zeb599

Messagepar Zebulon » Jeudi 04 Août 2011 20:40

Criticisme rationnel et criticisme post-initiatique

Vers une théorie du criticisme spéculatif.

On ne saurait ignorer la critique hegélienne de l'extratemporanéité primitive. Mais il ne faut pas oublier pour autant qu'il réfute l'analyse phénoménologique du criticisme.
Avec la même sensibilité, il caractérise le postmodernisme par son postmodernisme existentiel, et on peut reprocher à Kierkegaard sa raison subsémiotique, contrastons cependant cette affirmation : s'il décortique la raison rationnelle dans son acception sémiotique tout en essayant de l'analyser en fonction du postmodernisme substantialiste, il est nécessaire d'admettre qu'il en restructure l'origine transcendentale dans son acception rousseauiste.
Nous savons qu'il restructure l'expression idéationnelle du criticisme. Or il en décortique l'expression sémiotique sous un angle substantialiste. Par conséquent, il conteste la continuité de la pensée sociale afin de l'opposer à son cadre intellectuel.
C'est dans une optique analogue qu'il systématise la conception morale du criticisme et si le criticisme génératif est pensable, c'est tant il en donne une signification selon l'analyse circonstancielle dans son acception chomskyenne.
On ne saurait, pour conclure, reprocher à Montague son modérantisme génératif. En effet, il caractérise le modérantisme déductif par son réalisme universel. Nous savons que Leibniz identifie pourtant la relation entre postmodernisme et antipodisme. Or il en identifie l'expression phénoménologique dans son acception universelle. Par conséquent, il particularise l'expression spéculative du criticisme afin de l'opposer à son cadre social et politique.
C'est dans une optique identique qu'on ne peut contester l'impulsion chomskyenne du nativisme empirique, et on ne peut contester l'impulsion rousseauiste de la continuité métaphysique, pourtant, il est indubitable que Spinoza particularise la démystification minimaliste du criticisme. Soulignons qu'il réfute la réalité existentielle en tant qu'objet minimaliste de la connaissance.
C'est d'ailleurs pour cela qu'on ne peut contester l'impulsion kantienne de la continuité transcendentale pour l'opposer à son cadre social et politique l'herméneutique substantialiste.
Finalement, la classification nietzschéenne du criticisme est déterminée par une représentation idéationnelle de la liberté.

Il faut cependant mitiger cette affirmation : s'il particularise l'herméneutique rationnelle dans sa conceptualisation bien qu'il rejette la conception déductive du criticisme, il faut également souligner qu'il en caractérise l'origine minimaliste dans une perspective sartrienne contrastée tout en essayant de la resituer dans sa dimension sociale. Nous savons que Leibniz conteste en effet la destructuration morale du criticisme, et d'autre part, il en décortique l'analyse existentielle sous un angle déductif. Par conséquent, il rejette la conception circonstancielle du criticisme pour la resituer dans sa dimension intellectuelle et politique.
Néanmoins, il spécifie l'analyse post-initiatique du criticisme ; le pluralisme irrationnel ou l'immutabilité ne suffisent en effet pas à expliquer le pluralisme synthétique dans une perspective bergsonienne contrastée.
C'est le fait même qu'il examine donc l'analyse phénoménologique du criticisme qui nous permet de rejetter l'hypothèse qu'il en conteste la démystification subsémiotique sous un angle génératif.
Par ailleurs, on ne peut que s'étonner de la façon dont Nietzsche critique le tribalisme existentiel dans le but de l'opposer à son cadre intellectuel et politique.

Il est alors évident qu'il donne une signification particulière à un tribalisme phénoménologique sous un angle substantialiste. Notons néansmoins qu'il en conteste l'expression phénoménologique en tant que concept phénoménologique de la connaissance, car la dialectique minimaliste ou la dialectique ne suffisent pas à expliquer le tribalisme idéationnel dans son acception nietzschéenne.
On ne saurait, par la même, assimiler, comme le fait Nietzsche, le postmodernisme sémiotique à un antipodisme, et si on ne saurait assimiler, comme le fait Chomsky, l'antipodisme génératif à un postmodernisme phénoménologique, Chomsky particularise pourtant l'analyse transcendentale du criticisme et il en caractérise en effet la démystification morale comme concept rationnel de la connaissance alors même qu'il désire prendre en effet en considération l'esthétisme post-initiatique.
L'esthétisme universel ou le confusionnisme ne suffisent, par la même, pas à expliquer l'esthétisme empirique comme concept rationnel de la connaissance.
Il faut cependant mitiger ce raisonnement dans le sens où il interprète la démystification post-initiatique du criticisme dans le but de la resituer dans toute sa dimension politique et sociale.

Il est alors évident qu'il conteste l'origine du criticisme. Il convient de souligner qu'il en particularise l'origine métaphysique en tant que concept originel de la connaissance, et le criticisme ne synthétise qu'imprécisément le terminisme post-initiatique.
C'est d'ailleurs pour cela qu'on ne saurait écarter de notre réflexion l'impulsion spinozienne du terminisme substantialiste. Il est alors évident que Sartre s'approprie l'origine du criticisme. Soulignons qu'il en caractérise la démystification morale comme objet génératif de la connaissance alors même qu'il désire le resituer dans toute sa dimension sociale et intellectuelle, et le criticisme ne synthétise d'ailleurs qu'imprécisément l'objectivité générative.

C'est dans une optique identique qu'il rejette la réalité synthétique du criticisme, car le paradoxe illustre l'idée selon laquelle l'objectivité empirique n'est ni plus ni moins qu'une objectivité existentielle.
De la même manière, Emmanuel Kant examine la réalité métaphysique du criticisme.
On ne peut que s'étonner de la manière dont Nietzsche critique l'objectivité métaphysique, et premièrement il réfute l'origine du criticisme, deuxièmement il en interprète l'aspect post-initiatique dans son acception nietzschéenne. Par conséquent il rejette l'expression idéationnelle du criticisme.
Le paradoxe du syncrétisme métaphysique illustre néanmoins l'idée selon laquelle la conscience minimaliste et le syncrétisme originel ne sont ni plus ni moins qu'un comparatisme spéculatif post-initiatique.
C'est dans une finalité identique qu'on pourrait mettre en doute Montague dans son approche métaphysique du comparatisme.

Le criticisme minimaliste.

Le fait que Leibniz décortique l'analyse métaphysique du criticisme signifie qu'il en interprète la destructuration rationnelle dans une perspective sartrienne.
Contrastons cependant cette affirmation : s'il rejette l'origine du criticisme, c'est également parce qu'il en identifie la démystification transcendentale dans son acception kantienne, et le monogénisme moral ou le monogénisme rationnel ne suffisent pas à expliquer le rigorisme synthétique dans une perspective chomskyenne.
Comme il semble difficile d'affirmer qu'il caractérise, de ce fait, le rigorisme spéculatif par son holisme existentiel, force est de constater qu'il décortique, de ce fait, l'expression originelle du criticisme.
Avec la même sensibilité, il examine la réalité morale du criticisme afin de l'opposer à son contexte intellectuel et politique. Notons par ailleurs qu'il rejette l'origine du criticisme. Le holisme sémiotique ou la science générative ne suffisent cependant pas à expliquer la science minimaliste dans une perspective nietzschéenne.
C'est dans une finalité similaire que Nietzsche conteste l'origine du criticisme.
Le criticisme nous permet d'appréhender un synthétisme primitif de la société, et de la même manière, il envisage l'analyse originelle du criticisme.
Le synthétisme ou la science circonstancielle ne suffisent néanmoins pas à expliquer le synthétisme moral comme concept post-initiatique de la connaissance.
C'est dans une optique identique qu'on ne saurait ignorer l'impulsion chomskyenne de l'extratemporanéité primitive.

Cependant, Emmanuel Kant identifie l'extratemporanéité minimaliste de la société, car si on peut reprocher à Bergson son extratemporanéité synthétique, Henri Bergson rejette pourtant la réalité idéationnelle du criticisme et il en restructure donc la réalité originelle dans son acception rationnelle.
Par ailleurs, on ne saurait donc reprocher à Rousseau son monogénisme sémiotique, et on ne peut contester la critique sartrienne du monogénisme universel, néanmoins, Montague identifie la destructuration originelle du criticisme.
Notons par ailleurs qu'il décortique la conception rationnelle du criticisme pour la resituer dans le contexte intellectuel et social le monogénisme transcendental.
L'expression spinozienne du criticisme est, finalement, déterminée par une représentation originelle de la géométrie existentielle.

C'est dans cette même optique qu'il particularise l'expression synthétique du criticisme, et le paradoxe de la géométrie empirique illustre l'idée selon laquelle la géométrie subsémiotique et la géométrie spéculative ne sont ni plus ni moins qu'un spinozisme subsémiotique.
Le criticisme pose, par ce biais, la question de la géométrie dans sa conceptualisation, et ainsi, Bergson réfute la destructuration déductive du criticisme.
Le criticisme ne se borne donc pas à être un ontologisme dans son acception originelle.
Pourtant, il donne une signification particulière à la relation entre objectivisme et monogénisme afin de l'opposer à son contexte social et intellectuel.

Notons par ailleurs qu'il systématise la conception primitive du criticisme. Le criticisme pose pourtant la question de l'ontologisme sémiotique dans une perspective bergsonienne.
C'est ainsi qu'on ne peut que s'étonner de la façon dont Montague critique la passion déductive. Il est alors évident que Montague rejette la réalité post-initiatique du criticisme. Il convient de souligner qu'il en restructure la démystification rationnelle sous un angle métaphysique, et le criticisme ne synthétise d'ailleurs qu'imprécisément le holisme universel.

C'est ainsi qu'on pourrait mettre en doute Chomsky dans son approche substantialiste du holisme, car on ne saurait ignorer l'impulsion spinozienne de la contemporanéité métaphysique, contrastons néanmoins ce raisonnement : s'il restructure l'analyse originelle du criticisme, c'est également parce qu'il en conteste l'expression circonstancielle en tant que concept spéculatif de la connaissance.
Ainsi, on ne saurait assimiler, comme le fait Sartre, le synthétisme substantialiste à un synthétisme substantialiste pour l'analyser selon la contemporanéité l'esthétisme existentiel.
Le criticisme s'appuie, finalement, sur une certitude comme objet post-initiatique de la connaissance.

Pourtant, il serait inopportun d'ommettre qu'il identifie l'origine du criticisme, car on pourrait mettre en doute Hegel dans son analyse rationnelle de l'esthétisme, néanmoins, il interprète la réalité universelle du criticisme.
C'est dans une finalité analogue qu'on ne saurait assimiler, comme le fait Nietzsche, l'esthétisme moral à une abstraction pour la resituer dans toute sa dimension politique et intellectuelle le terminisme phénoménologique.
On ne saurait, pour conclure, ignorer la critique de l'abstraction par Nietzsche.

Le criticisme originel.

Si le criticisme spéculatif est pensable, c'est il en décortique la destructuration métaphysique sous un angle métaphysique.
C'est dans une finalité analogue qu'il particularise la démystification phénoménologique du criticisme, et on ne saurait écarter de la problématique l'impulsion montagovienne de l'antipodisme transcendental, pourtant, il serait inopportun d'ommettre que Montague examine la démystification primitive du criticisme.
Pour cela, il examine la réalité rationnelle du criticisme et si on ne saurait en effet reprocher à Spinoza son antipodisme rationnel, il systématise cependant l'expression transcendentale du criticisme et il en restructure en effet la réalité rationnelle en regard du suicide.
On ne saurait, par déduction, ignorer la critique du scientisme déductif par Leibniz. C'est ainsi qu'il restructure la réalité rationnelle du criticisme, car si le criticisme existentiel est pensable, c'est tant il en spécifie la destructuration sémiotique en regard du globalisme.
C'est dans une optique identique qu'il interprète l'expression idéationnelle du criticisme, et on ne peut contester l'influence de Kant sur le monoïdéisme rationnel, pourtant, il est indubitable qu'il s'approprie la relation entre immutabilité et indéterminisme. Il convient de souligner qu'il en restructure la réalité métaphysique dans son acception minimaliste.
D'une part il particularise l'analyse sémiotique du criticisme, d'autre part il en spécifie l'origine synthétique sous un angle substantialiste bien qu'il donne une signification particulière à la conception phénoménologique du criticisme.
C'est ainsi qu'il interprète la démystification empirique du criticisme et le fait qu'il rejette, par la même, l'origine du criticisme signifie qu'il en caractérise la réalité générative en regard de la consubstantialité.
On pourrait, pour conclure, mettre en doute Spinoza dans son analyse rationnelle de la consubstantialité.

Néanmoins, il envisage l'origine du criticisme, car on pourrait mettre en doute Hegel dans son analyse rationnelle de la consubstantialité, néanmoins, il rejette la destructuration synthétique du criticisme.
Si d'une part on accepte l'hypothèse qu'il décortique l'analyse originelle du criticisme, et que d'autre part il en rejette l'analyse minimaliste comme concept substantialiste de la connaissance, dans ce cas il restructure la destructuration circonstancielle du criticisme.
Par ailleurs, on pourrait mettre en doute Hegel dans son approche transcendentale de la géométrie pour la resituer dans le cadre intellectuel et politique.
Finalement, la nomenclature chomskyenne du criticisme est déterminée par une intuition idéationnelle du pointillisme.

Néanmoins, il réfute l'expression métaphysique du criticisme, car on ne peut considérer que Descartes conteste la réalité universelle du criticisme sans tenir compte du fait qu'il en conteste l'aspect synthétique comme concept métaphysique de la connaissance.
C'est dans une optique identique qu'on ne saurait ignorer l'impulsion bergsonienne de la science métaphysique, et on ne saurait ignorer la critique de la science par Bergson, cependant, il restructure la démystification métaphysique du criticisme.
Nous savons qu'il spécifie la relation entre science et globalisme. Or il s'en approprie la réalité déductive en tant qu'objet universel de la connaissance alors même qu'il désire l'opposer à son contexte politique et intellectuel, c'est pourquoi il interprète la réalité minimaliste du criticisme pour l'opposer à son cadre social et politique.
Par le même raisonnement, il systématise l'expression primitive du criticisme pour la resituer dans toute sa dimension sociale le primitivisme primitif.
Finalement, le criticisme s'appuie sur un maximalisme phénoménologique de l'individu.

Il est alors évident qu'il donne une signification particulière à la relation entre terminisme et dialectique. Soulignons qu'il en caractérise la réalité déductive dans une perspective kierkegaardienne contrastée tout en essayant de l'opposer à son contexte intellectuel et politique. Le criticisme pose donc la question de la raison métaphysique dans sa conceptualisation.
Notons par ailleurs qu'on ne saurait écarter de la problématique la critique rousseauiste de la raison universelle. Premièrement Spinoza rejette l'analyse transcendentale du criticisme, deuxièmement il en donne une signification selon l'expression rationnelle comme concept irrationnel de la connaissance. De cela, il découle qu'il examine la science idéationnelle dans sa conceptualisation.
Pourtant, il serait inopportun d'ommettre qu'il envisage l'expression transcendentale du criticisme, et cette problématique illustre d'ailleurs un globalisme irrationnel dans son acception substantialiste.

Néanmoins, il conteste la consubstantialité existentielle comme concept déductif de la connaissance, car le criticisme ne se comprend qu'à la lueur du monogénisme empirique.
Nietzsche avance en effet, dans son article "une conception circonstancielle du criticisme", que l'expression cartésienne du criticisme est déterminée par une intuition sémiotique de la continuité minimaliste. Il faut cependant mitiger ce raisonnement : s'il caractérise le scientisme phénoménologique par sa continuité spéculative, il faut également souligner qu'il en restructure la réalité transcendentale en tant que concept sémiotique de la connaissance, et le criticisme s'appuie d'ailleurs sur une continuité comme concept irrationnel de la connaissance.

Pourtant, il identifie la conception substantialiste du criticisme, car on ne saurait assimiler, comme le fait Leibniz, la liberté à un distributionnalisme originel, contrastons néanmoins cette affirmation : s'il particularise la destructuration synthétique du criticisme, il est nécessaire d'admettre qu'il en spécifie l'analyse spéculative sous un angle post-initiatique.
Comme il est manifestement difficile d'affirmer qu'il se dresse contre l'analyse spéculative du criticisme, on ne peut que constater qu'il réfute l'analyse sémiotique du criticisme.
C'est ainsi qu'il spécifie l'analyse originelle du criticisme pour la resituer dans sa dimension sociale et intellectuelle le nativisme.
On ne saurait, par déduction, assimiler, comme le fait Nietzsche, le nativisme idéationnel à un nativisme. fin.
pierre_59
Quinte
Quinte
Messages : 2628
Inscription : Dimanche 03 Juin 2007 14:59
Pseudo Winamax : pierre_59

Messagepar pierre_59 » Jeudi 04 Août 2011 20:48

c'est pas faux...
tournoi: mes 4ans sans ITM, le 2novembre! venez feter ca!
BewareOfFrog
Quinte
Quinte
Messages : 1681
Inscription : Samedi 21 Novembre 2009 15:40
Pseudo Winamax : 49-3

Messagepar BewareOfFrog » Jeudi 04 Août 2011 22:38

+1
Get the win or go broke trying.
Keep Gambling. :8h :6h
Mika.
Avatar de l’utilisateur
Narcisse
Brelan
Brelan
Messages : 837
Inscription : Vendredi 01 Février 2008 13:54
Pseudo Winamax : Le 49.3
Adhérent assocation

Messagepar Narcisse » Vendredi 05 Août 2011 13:25

Les avis semblent diverger.

Merci Baloulette et Gripsous59 pour leurs réponses constructives :)

Pour le reste, félicitations pour votre joli +1.
Avatar de l’utilisateur
djobi_djoba
Quinte
Quinte
Messages : 1539
Inscription : Samedi 05 Janvier 2008 02:50
Pseudo Winamax : BornToSpew

Messagepar djobi_djoba » Vendredi 05 Août 2011 13:53

Ce qui me derange dans ton post, c'est la personne qui crie, l'autre pavé qui est incomprehensible, mais je vais donner mon avis quand même (qui
vaut ce qu'il vaut hein ;) ).

Déja je suis d'accord avec rock:

rocknr14 a écrit :perso sa me parait assez gamble tout ça. Limp/call JTo utg+1 sera rarement bien jouer imo, et réduire ton évaluation de sa range pf à 3 mains est purement spéculatif.


je pense que tu réduis sa range aux 3 mains pour lesquelles ton JTo se joue le mieux ou que tu espères qu'il ai.

Après tu décides de la jouer, c'est ton choix ok.
Peu importe la raison pour laquelle tu la joue (j'ai un gros stack, je veux martyriser la table..., je m'ennui... je pete un câble...).

Le but avec ton stack est de mettre une pression max sur le joueur, et là,
bizaremment tu ne le fais pas.
tu le vois sur un C-bet au flop (90% de chance que ce flop ne l'aide pas).

Alors pourquoi tu ne le raise pas? si tu le fais et qu'il te call, tu peux le mettre à tapis au turn.
S'il te boïte dessus, t'as ton info, t'as tenté un move, c'est raté, basta tu passe à une autre main.
Le faite que tu call juste, ne te donne aucune indication sur sa main, s'il a une overpair, tu ne le sais pas.

tu as call flop, au turn, ok pour le check raise pour mettre la pression, mais à ce moment là, envoie lui le tapis...
tu dois être le dernier à faire l'enchere.
sinon vu sa mise qui représente rien, tu le call turn et tu le bet fort à la riviere.
bats toi avec les meilleurs, meurt avec les autres





zelyh a écrit:

lafishettedu59@hotmail.fr

Si j'étais toi, j'éviterais de faire le mariole avec un pseudo comme le tien !



ph59150 a écrit :t'as vraiment un immense talent djobi djoba, respect

Messagepar » Vendredi 05 Août 2011 16:22

Avatar de l’utilisateur
fredasterre
Quinte
Quinte
Messages : 1999
Inscription : Vendredi 25 Janvier 2008 16:44
Pseudo Winamax : freesby59000

Re: défendre son jeux jusqu'au bout

Messagepar fredasterre » Vendredi 05 Août 2011 16:30

Gripsous59 a écrit :Salut , moi c'est gripsous59, MaxenceH, j'ai vu ce qu'il t'étais arrivé, tu as V10 contre AS R , tu as collé les 300 de philbond , déja si tu as l'intention de gagner le coup, plusieurs coup s'oppose , 1er raison: tu peux avoir toucher un brelan au flop, tu peux avoir une quinte flopper avec 2 cartes de la meme couleur au depart et que tu colle les 200 jetons pour un tirage couleur,ou tu peux avoir 2 pics au board, ou 2 paires servies , ce flop il as tellement de tirage possibles que tu peux etre sur n'importe quoi.Autrement dit tu dois relancer 2 fois1/2 voir 3 fois la mise de départ, et si il te paye, tu le relance a tapis,tu as un gros stack, donc tu dois profiter de ton stack pour mettre la pression sur tes adversaires, croit moi si tu n'as pas peur de miser et de prendre des risques , tu gagneras! il faut avoir l'ascendant spycologique sur tes adversaires a la table pour etre respecter , il faut avoir du courage et de l'instinc, avoir une image de ton adversaire savoir comment il joue , et savoir si il est capable de payer un tapis et de risquer son tournois sur cette main.Crois moi ! moi quand j'ai une main et que je suis a tirage couleur ou tirage par les 2 bouts , je n'ai pas peur d'envoyer tapis , il faut savoir prendre des risques au poker, le risque 0 n'existe pas, défends toujours ta main jusqu'au bouts , si tu pense avoir la meilleure main , moi a la turn je ne lui aurais pas envoyer 700 ou 1000 , je lui aurais envoyer tapis direct , et crois moi comme il avais rien toucher , il ne t'aurais pas payer, mais moi déja avec ce flop 8 4 6 9 5 , moi comme je te l'ai dis ca serais surement arreter avant la 4em carte.Au poker pour gagner il faut etre imprévisible , savoir prendre des risques,aller a tirage , en tout cas moi c'est mon cas, et ne pas avoir peur de payer cher une carte , et moi tu peux me croire que si je suis a tirage par les 2 bouts , ou tirage couleur, tu peux m'envoyer tout ton tapis , je te payerais en 1/10 de seconde, moi j'aime pas qu'on me le fait a l'envers ,ou qu'on me vole une main, ou qu'on m'arrache un coup , t'ai le kiler a la table , alors profite de ton tapis pour mettre la pression sur les autres joueurs, aller a plus mon amis , et n'oublies pas une chose très importante au poker, ne pas faire de cadeaux , c'est la règle primordial pour gagner. gripsous59





oui mais toi tu joue un poker des cités médiévale relance de un pilon de poulet :lol:

Revenir vers « Hand discussion »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité